Kodak Colorplus 200

Octobre 2020, l’Emmaüs à coté de chez moi organise une vente d'appareils photos. Pour 20€, je me trouve un petit reflex argentique Chinon CM 4s avec un 50mm f 1,7 des années 80. Arrivé à la maison j'inspecte la bête, l'intérieur est tout neuf, je déclenche dans le vide, le mécanisme fonctionne. Juste la pile à changer, coup de bol ce sont les mêmes que dans une petite loupiote publicitaire qui traine sur le bureau. Je commande 4 pellicules avec des rendus qui me plaisent. Je commence par la moins chère une Kodak Colorplus 200, un joli grain et des couleurs vives. C'est parti pour un premier test de l'argentique. La plupart des photos ont été prises pendant le deuxième confinement, sur la côte vendéenne une bonne excuse pour aller prendre l'air ! Deux mois plus tard la pellicule est arrivée à ses 36 poses. Je rembobine la bobine, j'ouvre le dos du boitier, la pellicule n'a pas bougé et se retrouve exposée à la lumière. Je m'y reprend à plusieurs fois, bien persuadé d'avoir sûrement cramé toute ou partie de la pellicule. Pas sûr du résultat le photographe du coin me développe et scanne la pellicule. Plus de peur que de mal, juste les premières ont eu chaud aux fesses et sont voilées par une surexposition. Je suis plutôt content du résultat, assez peu de raté en dehors de quelques mises au point décalées.